Le CPCAI tient à booster la mise en application des réformes par les services concernés sur l’ensemble du territoire national. C’est dans ce cadre que toutes les cellules provinciales du climat des affaires ont été renforcées en capacités du 17 au 18 Juillet 2013 à Matadi. C’était au cours d’un séminaire-atelier de mise à niveau, organisé par le Comité de Pilotage pour l’Amélioration du Climat des Affaires et des Investissements (CPCAI).

Durant Deux jours, les délégués de toutes les provinces de la RDC ont échangé notamment sur les difficultés, les contraintes liées à l’application de ces réformes ainsi que les stratégies et les perspectives.
Représentant le Gouverneur empêché, le Commissaire au Plan, Monsieur Simon Mboso a, dans son mot de bienvenue prononcé au cours de la cérémonie d’ouverture dudit séminaire, indiqué que le travail qui attend les cellules du climat des affaires est énorme au regard des défis à relever en matière de l’amélioration du climat des affaires et des investissements. D’où la nécessité de l’implication de tous.

Dans son mot d’ouverture le Ministre du Plan et Suivi de la Mise en œuvre de la Révolution de la Modernité, Célestin Vunabandi, a estimé que ce séminaire-atelier tombe à point nommé et cela, non seulement parce que les rapports de suivi-évaluation produits par le CPCAI font état d’un faible taux d’application des réformes, particulièrement en provinces,mais aussi parce que ce séminaire coïncide avec la mise sur pied des cellules provinciales du climat des affaires et l’installation officielle de celle du Bas Congo intervenue la veille, à l’issue de la 7ème Table-ronde des Ministre National et provinciaux en charge du Plan. Il va ajouter que le Gouvernement de la RDC a fait de l’amélioration du climat du climat des affaires son cheval de bataille et qu’il ne ménage aucun effort en vue de rendre plus attractif l’environnement des affaires, l’un des axes majeurs de sa politique. C’est dans ce cadre a-t-il indiqué que plusieurs réformes ont été amorcées dans les différents domaines pour permettre l’épanouissement du secteur privé, créateur d’emplois et des richesses.

Le Ministre a également invité les cellules provinciales du climat des affaires à devenir de véritables courroies de transmission, en provinces, des toutes les réformes prises par le Gouvernement.

Après la séance d’ouverture, les participants ont suivi les différents exposés faits par les experts du CPCAI. Ouvrant la série des présentations, le Délégué Principal du CPCAI, Alexis Mangala, a planché sur le rôle du CPCAI et les missions des cellules provinciales dans l’amélioration du climat des affaires et des investissements.

Il a été suivi par Monsieur Janvier Kiambu, Expert en Réformes du CPCAI, qui a exposé sur les réformes menées depuis la création du CPCAI jusqu’à ce jour.

L’opérationnalisation du Guichet Unique de création d’Entreprise, ses avantages et la procédure et les coûts constituent les différents points qui ont été abordés par le Directeur Général de cette structure, le Professeur Heraldy AMISI.

Au cours de la deuxième journée, trois exposés étaient à l’ordre du jour : d’abord par l’Expert en réformes, Monsieur Janvier Kiambu, qui a exposé sur les réformes en cours et sur les réformes pouvant être initiées en provinces. Ensuite par l’expert en suivi-évaluation, Monsieur Freddy Mputakese, qui a parlé de l’importance du suivi-évaluation des réformes et outils d’évaluation. Il a démontré comment il est difficile si pas impossible aux cellules du climat des affaires de jouer pleinement leur rôle sans une évaluation rigoureuse du travail abattu sur le terrain.

Pour clore la série, l’Expert en Communication, Mme Annie MBOMBO, a parlé de la communication comme composante majeure d’amélioration du climat des affaires et des investissements. Elle a démontré comment la communication demeure un élément déterminant pour la réussite de tout travail. Elle a notamment insisté sur le principe de « Bien faire et le faire savoir ».

En marge de ces présentations et, pour nourrir les échanges, tous les Ministres Provinciaux en charge du Plan, en dehors de ceux du Katanga et du Bandundu empêchés, ont présenté un bref exposé sur l’état des lieux du climat des affaires, les contraintes et les perspectives dans leurs provinces respectives.
A quelques exceptions près, le tableau est le même partout pour expliquer le faible taux de mise en œuvre des réformes : absence de voies de communication, multiplicité des textes, faiblesse de l’administration, insécurité, tracasseries diverses et absence de motivation des fonctionnaires et agents, etc.

Ce qui est important de noter, c’est que toutes les provinces ont, à travers leurs délégués, pris conscience des efforts à fournir pour améliorer le climat des affaires. Le partage d’expériences ne va sans doute pas manquer d’inspirer les provinces qui ont du retard aussi bien dans la mise en œuvre des réformes menées par le pouvoir central que dans l’initiative des réformes propres aux provinces. Le cas de la Province Orientale qui a créé un guichet unique de perception des impôts, droits, taxes et redevances lui dus a fait école.

Après des débats forts animés et riches, les recommandations essentielles suivantes ont été formulées :

- Poursuivre et intensifier la vulgarisation des reformes en provinces ;
- créer des Site Web pour les cellules des provinces ;
- Poursuivre l’implantation des Tribunaux de Commerce dans les provinces ;
- Veiller à l’application des textes instituant le nombre des services dans les postes frontaliers ;
- Clarifier la collaboration entre les services déconcentrés et la province ;
- Renforcer le partenariat entre le secteur public et privé ;
- Installer le Guichet Unique de création d’entreprise en provinces ;
- Appuyer le fonctionnement les cellules provinciales ;
- Simplifier la para fiscalité ;
- Assurer l’appropriation institutionnelle du processus de réformes aussi bien au niveau du pouvoir central qu’au niveau des provinces et des ETD.


Cpcai.cd

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *